Les frères Dardenne et la fille inconnue

5 Sep 2016

Cher journal.

J'ai été convié, à ma grande surprise, à l'avant-première du film "La fille inconnue" des frères Dardenne, en présence de ceux-ci.
Nous étions cinquante dans une petite salle confortable et cosy, projection privée-privée avec du beau monde, notamment une ministre, un présentateur de J.T., un prix Nobel et un restaurateur étoilé. J’étais évidemment complètement à l’aise puisque j’ai quand même composé “Spotlite” (trois accords La, Ré et Sol tout du long) ou joué dans des salles prestigieuses telle "La Quèquète à Jules" (café-concert à Ocquier) et participé à de gigantesques festivals telle la "Foire aux Saucisses" de Frasnes-Les-Anvains.
Au bout d'un temps, flûtant mon champagne, j'ai abordé le prix Nobel de chimie pour lui demander s'il avait déjà tenté le coup des mentos dans du coca.

Était présente également Adèle Haenel, l'actrice du film. Fort belle, ne se tient absolument pas droite, un regard frondeur de garçon manqué en pleine école buissonnière prête à faire des coups bienveillants.
Le plus impressionnant, c'était de la voir à trois mètres, en chair et en os, nous inviter à plonger dans le film avant de s'éclipser et son double de cinéma de défiler. Se rendre compte qu'elle était encore là mais qu'elle était toute autre, puissante sur 6 mètres par 4 d'écran, rayonnante, belle sans maquillage. La magie du cinéma. C'était la même fille mais c'était plus du tout la même fille.

Une fois la projection terminée, j'ai sprinté vers les petits raviers de hareng et autre tartare de saumon. Les frères Dardenne (minces, élégants) invitaient du regard les convives à converser. Mais que leur dire? Si j'avais bu une demi-caisse de champagne en plus, j'aurais certainement pu leur demander si Michel Preud'homme est leur frère et pourquoi ne pas développer un film sur le football à Sclessin. Un meurtre au stade du Standard, résolu par les anciennes gloires du club (Preud'homme, Gerets, Tahamata, Jos… Daerden - haha), aidé par Olivier Gourmet (en flic de S'raing), Jéremie Rénier (en agent de footballeur cocaïnomane), Déborah François (en vendeuse de frites au stade) et Émilie Dequenne en juge en pleine déroute qui habite près du pont Kennedy derrière le paki.
J'aurais dû faire mon pitch, prendre une commission et rentrer à la maison en étant certain d'enjamber les marches de Cannes 2018. Didjos ti.

Please reload