Les enfants de choeur

10 Sep 2016

 

Cher journal.

L'autre jour, à Ethe, contrée gaumaise au sud de la Belgique entre Virton et l'oubli, entre Arlon et l'abysse, j'étais convié à participer à l'enregistrement public de l'émission d'humour de Vivacité; "Les enfants de Choeur".

Les chroniqueurs humoristes, Christophe Bourdon, James Deano et Kody m'avaient cordialement proposé de faire la route avec eux. Dans la belle voiture de Christophe. Car il a une belle voiture.

Quand j'ai raconté ça à ma voisine du haut, Pauline, elle a frôlé l'apoplexie; elle est archi fan de la nouvelle vague d'humoristes belges (Cactus, Vizorek, Guiz, etc.).

- "Quoi, t'étais dans la voiture avec eux?"

- "Oui, à côté de Kody, derrière."

- "T'as dû te marrer à fond dans la bagnole, ça devait être la fête de la vanne à l'foufelle, les sketches devaient gicler, devait y avoir une ambiance de DINGUE! Ils ont fait quoi comme gag? Des blagues? Des moqueries sur les gens du métier? Kody a pris des voix rigolotes? Il s'est déguisé? Raconte! Y avait un petit bar avec du champ' derrière? De la coke? Allez, dis-moi. Pas des putes quand même? Vas-y fais pas ta diva, raconte!"

- "Agh tu vois, comment dire? C'était... très calme. Kody est très calme. Bourdon est d'une douceur et d'une attachante bienveillance, très calme. Deano plus en retrait, très calme, négociant de petites anxiétés ici ou là. Ils se sont endormis... C'était très... doux et calme...

T'es déçue?"

- "Oh le loser ici. Calme? LO-SER! Va prendre ta tisane, vieux con!"

 

Aaah Ethe, aaah la Gaume... Cette Gaume que j'ai tant connue pour avoir fait mes études à Izel à 20 km de là. J'ai tant aimé cette Gaume. Je l'ai tellement détestée.

Beaucoup de monde dans la salle, beaucoup de fans de la première heure. La popularité des chroniqueurs à Ethe est folle. Faut dire qu'ils n'avaient plus vu, à Ethe, de stars depuis Pierre Bachelet en 1991 au Festival des Pédalos de Rabais. Haha.

 

Jean-Jacques Brunin, l'animateur de l'émission, me fait penser à un curieux mélange de Guy Lemaire et Philippe Gildas. Il passe les plats avec habileté, avec cette bonhommie à la belge, et il exerce l'intelligence suivante: se faire passer pour un idiot ou un conservateur offusqué, ouvrant des brèches qui permettent aux chroniqueurs (et à l'invité) de briller. 

 

Ce qui est plus drôle encore que leurs sketchs écrits à l'avance, ce sont leurs fulgurances; les improvisations projetées, piquées au détour d'une remarque bénigne. Les bons mots. Si Bourdon et Kody semblent forts dans les bons mots, Deano est très vif sur les rebonds.

(Il y a deux chroniqueurs supplémentaires, dont un amateur bénévole truculent, mais honte sur moi, j'ai oublié leur nom.)

 

Le publi a ri, il a ri, mais il a ri!

Après tant de rires et de spectacle pittoresque, j'ai pris ma guitare et tenté de poser "When I Was Your Age" en acoustique. Le silence! Bigre! Plus personne ne chuchotait, plus personne ne se faisait répéter la blague d'il y a 10 minutes, plus personne ne toussait, ne buvait de l'Orval à la paille, plus personne n'écossait ses haricots ou déplumait les poules dans la salle.

Aaaah Ethe, je me moque un peu de toi, "qui aime bien châtie bien", tout ça, mais sérieusement, c'était très touchant. Certains diront que la chanson était belle, mais je pense plutôt que c'est l'espace créé pour elle qui l'était.

 

Please reload